Problématique et éléments d’informations

vendredi 21 septembre 2012
par Blocher Jean-noel


Problématique générale

Dans une période de forte interrogation sociale sur les caractéristiques de la démocratie et d’importants remaniements des relations contractuelles entre acteurs, en particulier dans l’organisation du travail, il apparaît pertinent de réétudier, à la lumière d’analyses diachroniques et pluridisciplinaires, les principes du « contrat éducatif » qui fonde nos sociétés.

Dans le cadre des travaux du Colloque, l’éducation est comprise dans son acception la plus large, englobant la diversité de ses processus, modalités et publics. La démocratie quant à elle est définie, à la suite de John Dewey (1939), moins comme un système politique ou un ensemble de procédures instituées, qu’en tant que croyance fondatrice d’une démarche anthropologique d’éducation pour le développement humain. Elle passe par la prise de conscience et l’explicitation de l’expérience, dans une perspective à la fois réflexive et critique, de telle manière que l’expérience ultérieure soit plus riche et fondée en raison [1]

La mise en acte de cette croyance par une diversité de conduites sociales est nourrie par des formes d’éducation qui préparent les générations successives dans une telle perspective et mettent en place les conditions de son actualisation dans le temps. Cette dernière est conditionnée par l’inscription des formes d’éducation dans des processus d’autonomisation individuelle et collective, visant l’émancipation des sujets, acteurs d’institutions, qui en n’étant ni totales (Goffman [2], 1979), ni totem (Castoriadis [3], 1999), permettent aux agents institués de se concevoir et de se construire en acteurs instituants.

Dans le prolongement du Colloque organisé en 2008 sur le thème « Efficacité et équité en éducation », les trois journées scientifiques proposées en 2012 ont donc pour objectif de confronter les analyses de chercheurs en Sciences humaines et sociales (SHS) pour chercher à savoir dans quelle mesure les principes de l’éducation, ses formes et ses incidences correspondent aux structures et fondements normatifs des sociétés à visée démocratique permettant ainsi leur actualisation.

Informations générales

Dépliant Programme

[1] « La démocratie est croyance en la capacité de l’expérience humaine de générer les buts et méthodes qui permettront à l’expérience ultérieure d’être riche et ordonnée. Toutes les autres formes de foi morale et sociale reposent sur l’idée que l’expérience doit, à un moment quelconque, être soumise à une forme de contrôle extérieur, à quelque ‘autorité’ censée exister en dehors des processus de l’expérience. La démocratie est la conviction que le processus de l’expérience importe davantage que tel ou tel résultat particulier - les résultats particuliers ayant une valeur ultime uniquement s’ils servent à enrichir et à ordonner la suite du processus. Puisque le processus de l’expérience peut être éducatif, la foi en la démocratie est inséparable de la foi en l’expérience et en l’éducation. Toutes les fins et toutes les valeurs qui sont coupées de ce processus constant deviennent des arrêts, des formes de fixation. Elles tendent à figer ce qui a été gagné au lieu de s’en servir pour ouvrir la voie à des expériences nouvelles et meilleures », Dewey, J. (1939). Creative democracy. In The Latter Works, Vol. 14. Carbondale : Southern Illinois University Press.

[2] Goffman, E. (1979). Asiles. Paris : Minuit.

[3] Castoriadis, C. (1999). Figures du pensable. Paris : Seuil.


Navigation

Articles de la rubrique

  • Problématique et éléments d’informations

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 29 avril 2015

Publication

291 Articles
Aucun album photo
4 Brèves
5 Sites Web
70 Auteurs

Visites

0 aujourd'hui
0 hier
189819 depuis le début
6752 visiteurs actuellement connectés